RAPPORT D’ENQUETE - ATTIOGBE - MAURANNE- CHARLEEN

(actualisé le ) par ATTIOGBE Charleen

Septembre 2013 : on révèle un assassinat au centre culturel ... Les élèves de seconde générale en enseignement d’exploration MPS (Méthodes Pratiques Scientifiques) ont mené leur enquête ... Après 6 mois de travail ils sont aujourd’hui capables de rendre compte de leur travail, mené en SVT, Maths et Sciences-Physiques. Le relevé des indices leur permet d’écrire le récit d’un polar bien intriguant ... Voici leur version délivrée dans le cadre de la semaine du polar organisée au lycée du lundi 24 mars au jeudi 27 mars.

Rapport d’enquête

Introduction au thème

Cet enseignement d’exploration s’étendra sur deux semestres. Il s’agit d’un travail effectué en binôme. Le thème « science et investigation policière » nous a mené à enquêter sur un meurtre dont la mise en scènes réaliste a été imaginée par nos professeurs.

Eléments de l’enquête
Qui ? Monsieur X
Où ? Salle de spectacle du centre culturel de Jouy le Moutier (95280)
Quand ? Lundi 2 septembre à 9h00
Par qui ? La gardienne des lieux (retrouvé)

Suspect ? Mobile ? Arme ? Complice ? Pièces à conviction ?

Indices et pièces à conviction retrouvées sur la scène :
-  trace de sang sur la victime
-  poils sur la veste
-  larve d’insecte sur la victime
-  dé dans une poche (truqué ?)
-  trace de sang sur le mur
-  portable
-  mégot de cigarette

Ces différents éléments vont permettre à la réalisation de TP qui nous aidera à élucider ce crime.
Synthèse

Dans un premier temps nous avons déterminé l’éventuelle falsification du dé trouvé sur la scène de crime. On peut observer grâce à un logiciel informatique et à une loi (mathématiques) d’intervalle de fluctuation que la fréquence observée n’appartient pas à l’intervalle théorique. On peut donc valider notre hypothèse et certifier que ce dé est truqué (avec 5% de marge d’erreur).

Ensuite nous avons fait des tests pour identifier les groupes sanguins des différentes tâches de sang retrouvées sur la scène de crime. Après avoir déterminé l’origine humaine du sang grâce à un frottis sanguin. Dans chacune des taches nous avons injecté quelques gouttes des différents sérums (anticorps A, anticorps B et Rh) ; si il y a un phénomène d’agglutination cela montre la présence des marqueurs A/B et Rh sur les antigènes et définit donc son groupe sanguin. Les résultats de ces tests sont A- et B-, connaissant l’arbre généalogique de la victime on peut dire que son groupe sanguin est A- et celui de la seconde personne par défaut B- (probablement celui de l’assassin).

Notre troisième expérience nous a permis de dater approximativement le jour du crime. En trouvant des larves d’insectes sur le corps de la victime nous avons pu étudier le cycle de vie d’une drosophile (mouche), et donc apprit qu’il lui fallait 6-7 jours avant de se transformer en pupe (avec une température de 23°C). Le crime a donc été commis le 27 ou 28 août.

Lors de notre quatrième expérience nous avons pu découvrir la présence de salive sur un mégot de cigarette trouvé sur la scène de crime. En effet suite à l’examen suivant :

Incubation 10min à 37°C

L’association amidon/amylase/eau iodée/lugol va créer du glucose révélé ici par la couleur jaune. Cela indique que la substance trouvée sur le mégot contient de l’amylase cette enzyme contenue dans la salive.

Dans le 4eme TP le principe de la diffraction d’une onde nous a permis d’effectuer la mesure d’un poil retrouvé sur la scène de crime. Constatant que celui-ci ne correspondait pas à la taille d’un poil humain nous en avons déduit qu’il correspondait à celui d’un animal à savoir ici d’un chien.
L’assassin possède donc assurément un chien.

Sixièmement, afin de décrypter les messages codés suivants du téléphone retrouvé sur la scène de crime :
-  GLA PLOOH HXURV GDQV O DYRFDW (message reçu)
-  BOXNOJ FYEC KE MOXDBO MEUV DEBOV (message envoyé)
-  SETUI UDSETUI UJ TUSETUI RHQLE TECCQWU FEKH BQ RQLKHU CQYI B QHWUDJ UIJ UCFESXU RYUD ZEKU FQKB (message reçu)
Nous avons d’abord utilisé un site internet qui nous a permis d’observer la méthode utilisée avec les décalages (méthode de César). Ce qui nous a donné :
-  DIX MILLE EUROS DANS L AVOCAT (décalage de 3)
-  RENDEZ VOUS AU CENTRE CULTUREL (décalage de 10)
-  CODES ENCODES ET DECODES BRAVO DOMMAGE POUR LA BAVURE MAIS L ARGENT EST EMPOCHE BIEN JOUE PAUL (décalage de 16)
Finalement nous avons appris qu’il était aussi possible de décrypter un code grâce à des formules mathématiques sur EXEL ce sur quoi nous avons ensuite pratiqué.

Conclusion

Finalement grâce aux différents résultats de nos TP ainsi qu’à la liste des divers suspects retenus pour cette enquête (10), on peut en conclure par élimination que le coupable est le suspect n°10.

Scénario

Des histoires d’argent à régler
Le pacte du dé non respecté
Un soir d’été
La nuit tombée
Je décidai de le tuer
La balle le transperça
Du sang éclaboussa
Gisant sur la scène culturelle,
Son visage terne plongé dans un sommeil éternel
Mais seulement, des indices contraignants
Un poils apparant, des tâches de sang, des mégots de cigarette... Saperlipopette !
L’inspecteur devra en découdre : analyses, balistique, autopsie, décryptage seront mis à l’ouvrage pour en résoudre.